La Prévention Spécialisée ne doit pas disparaitre !

le 18/05/2022

Photo par Sammie Chaffin sur Unsplash

La Prévention Spécialisée sur l'ensemble du département de l'Ardèche est menacée de disparaître au mois de juin 2022. Les signataires de cette tribune souhaitent alerter sur les conséquences d'une telle fermeture, que ce soit pour les jeunes accompagné-es par ce service, les collègues qui voient leurs emplois menacés mais aussi pour ce que signifierait la disparition de la prévention spécialisée dans notre société.

La Prévention Spécialisée (« la prev » ou éducs de rue) est essentielle à l'ensemble des acteurs sociaux. Pourtant, son mode d'intervention particulier et méconnu en fait la cible des politiques d’austérité, au point qu’elle devienne un véritable baromètre de l’état du travail social en France. Quand les budgets alloués à la prévention spécialisée sont réduits ou supprimés, c'est souvent un signal pour l'ensemble des politiques publiques d'action sociale.

Son cadre singulier échappe aux conventions d’autres missions plus normées. La prev vise à « prévenir les risques de marginalisation des jeunes et des familles » aux moments et aux endroits où ces risques s’expriment. Elle s’adresse à un public de 11-25 ans en grande difficulté et souvent très éloigné (ou en décrochage) des structures de droit commun. Elle se doit donc d’être flexible dans le temps et l’espace pour s’adapter constamment aux situations individuelles ou collectives qui se présentent à elle. Le travail de rue, à la base de l’action éducative proposée, témoigne ainsi de cette disponibilité réactive des éducateurs qui sont à la fois attentifs aux besoins des jeunes en situation de fragilité et à l’écoute permanente des exigences de leurs territoires.

La mission de prévention spécialisée est une partie intégrante de la Protection de l’Enfance. Elle est la seule action éducative polyvalente et non mandatée dans le cadre de l’Aide Sociale à l’Enfance. Ses modes d’intervention, individuels et collectifs, en direct ou en partenariat, permettent de répondre de différentes façons aux besoins identifiés chez les jeunes et leurs familles. Les éducateur-trices travaillent à l’établissement d'une relation éducative de façon inconditionnelle, en s’adaptant à toutes les difficultés rencontrées. A travers ses principes (absence de mandat, libre adhésion, respect de l’anonymat, noninstitutionnalisation des actions, partenariat fort), la prévention spécialisée fonde toute son action sur une valeur centrale : la confiance. La confiance s’établit dans un long processus d’inscription territoriale, avec un profond respect de la réalité de chaque jeune et des dynamiques environnementales. C’est cette confiance qui rend possibles les accompagnements éducatifs auprès du public. La relation éducative est un espace de construction libre pour les jeunes dans une société de plus en plus sécuritaire.

Il est désolant de constater que l’on finit trop souvent par mesurer l’impact de la prev quand elle n’est plus là, parce que justement il est difficile d’évaluer tout ce qu’elle prévient et qui ne survient donc pas ! Dans certains territoires, l'Etat et les collectivités ont développé des services de prévention vidés de leur sens jusque dans leur appellation : des « bataillons de prévention » dont la seule finalité est la lutte contre la délinquance juvénile. Il s'agit d'un glissement de la protection de l'enfance vers la prévention de la délinquance. Nous le réaffirmons ici, les jeunes accompagnés par la prev, dont ceux issus des quartiers populaires ou des zones rurales, sont avant tout des ressources pour notre société et non un problème !

Encore faut-il leur laisser cette chance là. Les dispositifs de médiations sont nécessaires et complémentaires à la prévention spécialisée. Mais Il n’est pas acceptable que la prévention spécialisée y soit réduite ou se transforme en un énième dispositif participant à assimiler jeunesse et risque pour la société. La prev est et doit rester une compétence de la protection de l’enfance !

En Ardèche, le département a cherché à la supprimer totalement en 15 jours et ce pendant les vacances de Noel. Quel cynisme ! Il est de la responsabilité du financeur, de la direction de l'association (ADSEA 07) et des pouvoirs publics d'agir pour faire machine arrière et donc de maintenir durablement ouvert ce service qui accompagne annuellement des centaines de jeunes et leurs familles depuis plus de quarante ans. Après un premier sursis accordé par le département et à quelques semaines d’un désengagement financier, nous sommes toujours inquiets sur l’avenir de ce service.

Un « éduc de prev » qui disparaît, c’est au bas mot 50 jeunes laissés pour compte. Nos financeurs ont-ils conscience des conséquences concrètes pour ces jeunes en termes d’accès au soin, à l’emploi, à l’exercice de leur citoyenneté ? Envisagent-ils raisonnablement que la société puisse se passer des missions de prévention spécialisée dans un contexte de crise sans précédent qui a frappé la jeunesse de plein fouet et fragilisé l’ensemble des liens sociaux ?

La disparition des éducs de rue dans un département nous amène à penser que c'est l'ensemble des éducs de rue qui pourraient à terme disparaître.

  • Nous refusons que la prévention spécialisée puisse servir de variable d’ajustement budgétaire. La casse de cette intervention nécessaire et adaptée aux plus fragiles est insupportable !
  • Nous demandons à ce que le caractère obligatoire de cette mission soit clairement défini au sein des schémas départementaux, comme il l’est au Code de l’Action Sociale et de la Famille !
  • Nous demandons à ce que les moyens soient donnés pour que cette intervention de fond puisse se construire convenablement : renforcement des effectifs d’éducateurs spécialisés sur le terrain, pérennisation des conventions !
  • Nous affirmons notre disponibilité et notre soutien partout où la prévention spécialisée sera menacée.

Si la prévention spécialisée est menacée, c’est l’ensemble du travail social qui est attaqué ! Et si les travailleurs-euses sociaux en Ardèche gagnent leur combat, ce sera une victoire pour les travailleurs-euses sociaux de toute la France !

COLLECTIF NATIONAL DE DEFENSE DE LA PREV

PREMIERS SIGNATAIRES Mélissa THEURIAU— journaliste, productrice. Jean-Pierre ROSENCZVEIG – magistrat, ancien président du TPE de Bobigny, auteur, président d'ESPOIR CFDJ, membre du Bureau du CNPE, président commission Enfances Familles Jeunesses de l'UNIOPSS. Akhenaton — artiste, auteur-interprète. Assa TRAORE — comité Adama. Joseph ROUZEL – psychanalyste formateur écrivain. Philippe GABERAN — formateur conseil soutien aux équipes éducatives, auteur. Michel CHAUVIERE— chercheur émérite au CNRS, auteur spécialiste du travail social. Véronique LE GOAZIOU— sociologue ethnologue, chercheuse. Pascal LE REST— ethnologue. Lyes LOUFFOK—éducateur spécialisé, militant des droits de l’enfant, membre du CNPE. Didier DUBASQUE—travailleur social retraité, ancien président de l’ANAS. Guy HARDY— ancien travailleur social, formateur-conférencier, auteur. Ketty RIOS PALMA— réalisatrice de documentaires. Jacques TREMINTIN— ancien travailleur social, journaliste. Laurent PUECH— assistant de Service Social, créateur des sites secretpro.fr et protections-critiques.org. Jean-Marie VAUCHEZ — ancien président de l’ONES, travailleur social, formateur.

REPRESENTANTS SYNDICAUX Jacqueline FRANCISCO—co-secrétaire nationale du SNPES-PJJ/FSU. Arnaud BLATTEYRON—co-secrétaire national du SNPES-PJJ/FSU. Christophe DELECOURT— co-secrétaire général de l'Union Fédérale des Syndicats de l'Etat CGT. Natacha POMMET— secrétaire générale de la fédération CGT des services publics. Sophie HERLIN-MARTINEZ— membre de la direction fédérale CGT des services publics. Roseline VACHETTA — éducatrice en prévention spécialisée à la retraite et députée européenne de 1999 à 2004. Brice CASTEL— assistant de service social et secrétaire général du SNUASFP FSU. Isabelle CHEVALLIER-BOURELY— monitrice éducatrice et Secrétaire Générale Adjointe de la fédération SUD santé sociaux. Ramon VILA — éducateur spécialisé et secrétaire fédéral de la fédération SUD Santé Sociaux. Jean-Sébastien ALIX — sociologue, formateur à l’université de Lille. Pierre LECORCHER—éducateur, co-secrétaire général Union Nationales des Syndicats CGT/PJJ. Sylvie CAIRE— psychologue, secrétaire générale CGT/PJJ Centre-Est. Cristina VANOSSI— aide médico-psychologique et Secrétaire Générale de l'Union Fédérale Action Sociale CGT. Olivier TRENEUIL— membre du Bureau Fédéral de la Fédération SUD Collectivités Territoriales. Barbara ISSALLY— membre du Bureau Fédéral de la Fédération SUD Collectivités Territoriales. Gabrielle GARRIGUE— formatrice et membre du collectif Avenir Educ.

AUTRES SIGNATAIRES acteurs de la PREV : Baptiste ANGLADE — éducateur. Mary BRUGERE — éducatrice. Olivia NARBONNE — éducatrice. Guillaume THOUVENIN — éducateur. Maryse LE MORVAN — cadre pédagogique, formatrice. Jean-Pierre TEYCHENEY — formateur. Benoît ROCHE — formateur. Raphaëlle TOURNE — coordinatrice de service. Béatrice JEANVOINE — formatrice en travail social, ex cadre. Sonia DAULIN — éducatrice. Sarah DALIGAUX — cadre socio-éducatif. Anne BUIVAN — chargée de développement. Olivier ARRIUDARRE — éducateur en formation. Sarah MEUNIER — éducatrice. Camilia SENOUCI — éducatrice. Dominique GUILLET — éducatrice, déléguée syndicale centrale CGT. Marie CAZAUX— éducatrice. Charlotte FOUQUET — éducatrice. Fabrice MORAND — formateur, consultant. Marion LESIEUR — éducatrice. Camille RECH — éducatrice. Clarisse STERIN — formatrice. Céline MAZAN — éducatrice. Olivier BOUDAULT — éducateur. Vanessa POLONIE — cheffe de service. Thibault NACHIN — éducateur. Emmanuelle SITBON — cheffe de service. Kelly RAMONDOU — éducatrice. Martine TRAPON — retraitée du travail social, membre du CNAHES. Pauline MANZONI — éducatrice. Aude CHARLES GERVAIS — éducatrice. Natacha GARCIA — éducatrice. Sylvia PAGESY — assistante sociale. Mathieu FLORES GARCIA — éducateur. Isabelle MARCHAL — travailleuse sociale. Virginie REY — éducatrice. Sylvain BECK — sociologue. Anne-Sophie SOUCHAUD — éducatrice. Corinne GUIGOU — éducatrice. Emmanuelle SAGNE — éducatrice. Carine HEBRARD — conseillère technique. Stéphanie FAUCHARD — formatrice. Justine LEYMARIE — éducatrice. Tony ROUSSAS — éducateur. Lise MARTINEZ — éducatrice. Eléonore BRICHE — éducatrice. Erwan MANY — chef de service. Judicaëlle MILLET— CIP, ancienne éducatrice. Jérémy BERLE — éducateur. Sarah CARTET — éducatrice. Yassin DEGHACHE — chef de service. Coralie MORIN — éducatrice. Stéphanie LAVAUD — éducatrice. Axel JURY — ancien éducateur. Driss ABEKA — chef de service. Gwendoline JARDIN — éducatrice. Claire BIBOLLET — éducatrice. Marie ANCIAN — éducatrice. Laurine HAGER — éducatrice. Marie LAFOSSE — éducatrice retraitée. Jeff TRAUMAT — éducateur. Clara LANQUETIN — éducatrice. Manon MONNIER — éducatrice. Laureline CALAS GUERIN — éducatrice. Julien LEVY — éducateur. Romain AUSSAGUES — éducateur. Jean-François SERRALIA — éducateur. Séverine LECONTE — éducatrice. Sandrine LE BLAY — éducatrice. Julie HENON — éducatrice. Miriana BENTAALLA — cheffe de service. Félix LEGER — éducateur. Damien TRIBUT — éducateur. Jean-Marc MAQUIN — chef de service. Anne MANTEL — éducatrice. Elodie MONTEIL BOYER — éducatrice. Renan CHAUVEAU — éducateur. Fatimata KONE — éducatrice. Valentine MOINEAU — éducatrice en formation. Yannis SEFFAR ANDALOUSSI — éducateur. Vincent FARALDI — ex éducateur, chef de service, chroniqueur. Marina VAQUE — éducatrice. Fabien BUALLION — ex éducateur, directeur. Didier BERTRAND — ex éducateur, directeur, responsable Avenir Educs. Isabelle GUILLERMAIN — travailleur social. Florian DAZINIERAS — éducateur. Michelle VERRIER FLANDRE — travailleur social. Sandra VERNE — travailleur social. Bertrand MASSON — ex éducateur. Lucianna PERMAL— apprentie éducatrice. Angéline BAUDRAN — apprentie éducatrice. Antoine TESSIER — éducateur. Jérémie VEILLON — éducateur. Hélène COME— éducatrice. Ludovic MASSON — éducateur. Laetitia DUBIN — éducatrice. Kevin PENOTY — éducateur. Sébastien MINETTO — éducateur, formateur. Sarah FALEVOZ — éducatrice. Carole BENINATI — cheffe de service. Barka BOUZAGA — directrice de centre social. Alexis POTEAU — éducateur. Sandra CIRCO — médiatrice. Sylvie SERVIEN DIOH — responsable de service. Maiwenn MANGIN — éducatrice. Adeline BISIAUX — éducatrice. Laurine HAGER — éducatrice. Alexis COUTIN — éducateur. Maïmouna FALL — assistante de direction. Marion LE MANCHEC — éducatrice. Franck LEMAIRE — éducateur. Julia NFON — travailleuse sociale. Abdelkarim RAJI — chef de service. Belkacem HADHOUM — chef de service. Aurélie BONTE — éducatrice. Mathilde PILSUDSKI — éducatrice. Kadem TEBIB — chef de service. Yacine TAGAWA — chef de service. Ridha AATI — éducateur. Rémy MEZIANE — éducateur. Youssef OURIAGHLI — éducateur. Elisabeth ISNARD — éducatrice. David CORNU — éducateur. Lionel SEBAG — éducateur. Pascale BORGHI — éducatrice. Hélène MICAILIDIS — directrice de service. Wassila HAMAMCHE — travailleuse sociale. Pierre RIBAUT — médiateur. Laura BRAHIMI — éducatrice. Sébastien COSSART — éducateur. Lucas DEM — éducateur. Dorothée DUVIVIER — médiatrice, formatrice. Rémi PONSARD — éducateur. Stéphanie CRUSOE — éducatrice. Pierre LAULAGNET — directeur de service à la retraite. Henri-Pierre LAURENT — éducateur. Elodie NEYRET — éducatrice. Sonia DUMAS — éducatrice. Marjorie MARIE— éducatrice. Charlotte ROUVEYROL— éducatrice. Isabelle BERTIN — éducatrice. Mounir EL HARRADI — directeur de service. Waïla CURY — éducatrice. Alexandre DULHOSTE — éducateur. Yannick PFISTER — éducateur. Sara VRANIC — éducatrice. Marie FOURNET — éducatrice. Philippe FISCHER — éducateur. Steve LUMEYA — chef de service. Cécile DEPAEPE — chargée de communication. Carlos LOPEZ — éducateur, ancien secrétaire national du SNPES-PJJ/FSU. Karim BELMEKKI — éducateur. Johnny HERBIN — formateur, consultant prévention spécialisée. Olivier GAIGNARD — formateur, consultant prévention spécialisée. Marie-Pierre CAUWET — directrice. Malika DELAYE — coordinatrice.


Commentaires

Vous devez être connecté ou posséder un compte pour pouvoir laisser un commentaire

s'inscrire

ou

se connecter
logo blanc